Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 09:40

AS_BLOOD_RUNS_COLD_-_PACKSHOT_2D_1.jpgRéalisateur: Sonny Laguna

Scénario: onny Laguna, Tomy Wiklund

Casting: Hanna oldenburg, Patrick Sax, Ralf Beck, Elin Hugoson, David Liljeblad

Année: 2011

Durée: 1h15

Pays: Suede

Genre: Slasher

 

Résumé: Winona est une jeune chanteuse de talent, Epuisée par sa vie stressante elle loue à son manager une maison au fond des bois pour se reposer et retrouver l'inspiration. A peine arrivée, des bruits étrange se font entendre dans la maison. Inquiète elle décide de se rendre en ville où elle croise son ex richard dans un bar. Accompagnée de Richard et d'un couple d'amis, elle décide d'aller finir la soirée dans la maison. Fatale erreur...

 

Critique: Film à petit budget (5000€), et shooté avec un appareil photo, Blood Runs Cold est un film avec lequel j'ai passé un bon moment. Non pas qu'il soit dénué de défauts, mais même le jeu d'acteur particulièrement mauvais, ni le scénario bateau n'ont réussi à gacher mon plaisir.

 

 Blood-20runs-20cold2.jpg

 

 

J'y retrouvé pas mal de référence à des films que je considère comme étant cultes, telque Evil Dead et le film qui m'a fait flipper le plus dans ma vie d'amateur de film d'horreur, La Maison Près du Cimetière de Lucio Fulci. Mais ces références prestigieuses ne fond pas de Blood Runs Cold un film exceptionnel mais plutot une pécloche très divertissante.

 

 Blood-runs-cold3.jpg

 

c'est avec une certaine intelligence que Sonny Laguna retarde pendant un long moment l'apparition de son Boogeyman, appelé ici The Draven une sorte d'hybride rejeton du tueur de la trilogie Cold Prey et du Docteur Freudstein. Ensuite c'est un enchainement de délires gores fait avec les moyens du bord et franchement réussi!

 

s05910966.jpg

 

Mon avis: Pas un grand film mais avec un si petit budget le réalisateur s'en sort plutot bien.

 

Ma note: 6/10

 

Kane91800

 

 

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Slasher
commenter cet article
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 11:45

cold-prey-fritt-vilt-3-norway-poster-2Réalisateur: Mikkel Brænne Sandemose

Scénario: Peder Fuglerud, Lars Gudmedstad

Casting: AIda Marie Bakkerud, Julie Rusti, Kim S. Falck-Jørgensen, Pal Stokka, Arthur Berning

Durée: 1h33

Année: 2010

Pays: Norvège

Genre: Slasher/Survival

 

 

Résumé: 1976, un enfant disparait, quelques jours plus tard, ses parents, gérants d'un hotel disparaisse à leur tour. La police n'a aucune piste...

Douze ans plus tard un groupe de cinq jeune norvégiens parte campé pour une nuit dans la forêt, mais quelqu'un ou quelque chose rode...

 

 

Critique: Encore un nouveau réalisateur pour la franchise la plus rentable du cinéma norvégien. Ce coup si on fait un bon en arrière, direction les origines de notre tueur. Enfin presque car à vrai dire le sujet est essuyé en une quinzaine de minutes, on apprend pas grand chose de plus que dans Cold Prey 2. Ce qui est plutôt décevant car pour ma part je trouvais les prémices d'explications amorcées dans l'opus précédent plutot mystèrieuses, dans tous les sens du terme, et j'espérais vraiment en apprendre plus, un peu comme dans le Halloween de 2007.

 

2983173661_1_3_MpYlG1hZ.png

 

Ce petit quart d'heure passé on se concentre sur le véritable sujet du film, une bande de potes (et oui encore) va camper en forêt et ne se doute pas une seule second sur qui ils vont tomber... Bon encore une fois rien de bien original, mis à part que contrairement aux deux précédents volets on a droit a des décords splendides. Les paysages sont vraiment de ttttoooouuuuttttte beauté et surtout lucubres à souhait. On y découvre des torrents, des cascades, et tout ça au milieu d'une forêt de conifères, terrain de chasse de notre tueur venu du froid.

 

Film_Fritt_Vilt_3_Filmweb.jpg

 

Terrain de chasse car, chasse il y a , contrairement aux de premiers opus et aux slashers en général, le tueur ne va pas seulement faire parler sa science du placement (oui j'aime les sports co) mais il va tendre des pièges et tel un chat (ou un ours parce que lorsqu'on voit la carrure du bohomme...) courir derrière ces petites souris qu'est notre groupe d'ados pour parfaire ça technique de découpe de gibiers. Ce qui nous donne un film sans temps mort ou presque où les scènes de bravour s'enchainent à un rythme intéressant.

 

Fritt-20Vilt-203-2001.jpg

 

Mais tout n'es pas rose au pays des fjörds... Car dans le genre originalité on a déjà vu beaucoup mieu. Fini les quasi huis-clos des deux premiers opus et bonjour la vaste forêt. le film prend donc la direction du survival forestier comme l'avait fait avant lui la saga Détour Mortel. Et patatraque on retombe dans les clichés, genre les gens de la ville contre les campagnards. Bon l'avantage c'est que ce genre de métrage est rarement avare de sang ce qui est le cas ici.

 

imagesCAEQQ9I4.jpg

 

Et il y a aussi ce final au quel j'adère, mais alors à mort!!!! Il s'agit du genre de fin où tu te dis "Mais pourquoi!!!!!??????" et qui laisse intelligemment la porte ouverte à Cold Prey et Cold Prey 2 (oui car Cold prey 3 et une préquelle pour ceux qui ne l'auraient pas encore compris).

 

708362--Fjols-til-fjells-_Fritt-vilt-3-1---copie-1.jpg

 

Mon Avis: Un slasher (tendant vers le survival) lambda sans réelle surprise mais parfaitement rythmé et avec une fin comme je les aime. Malgré tout Cold Prey 3 reste un ton au-dessous de ses grands frères.

 

Ma note: 6/10

 

Kane91800

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Slasher
commenter cet article
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 20:29

Wp00UwsuLrKPtNi.jpgRéalisateur: Mats Stenberg

Scénario: Thomas Moldestad, Martin Sundland, Roar Hutaug

Casting: Ingrid Bolso Berda, Marthe Snorresdoller Rovik, Mats Eldoen

Durée: 1h26

Année: 2008

Pays: Norvège

Genre: Slasher

 

 

Résumé: Hiver 2006, une bande d'amis se fait massacrer dans les montagnes Norvégienne. Jannick la seule rescapée est retrouvée par hazard par un policier. Etant  en état d'hypotermie et couverte de sang, l'homme la ramène dans un hopital étant sur le point de fermer définitivement ses portes. Ayant découvert les corps grâce aux indications de la jeune femme, les forces de l'ordres pris de court décide de rappatrier les cadavres dans l'hopital où se trouve Jannick, le corps du tueur en fait partie...

 

 

Critiques: Prenez Ripley (sans les aliens) foutez là dans un hôpital quasi désert rajoutez un tueur froid, sans émotion et de plus doté de la force d'un ours et vous obtenez Cold Prey 2.

 

cold-prey-2.jpg

 

Le film reprend, tout du moins au début, la trame de Halloween 2 ( celui de 1981, pas la purge de Rob Zombie), une jeune femme se retrouve hospitalisé quelques temps après avoir tué celui qui a dézingué ses amis. Comme dans le premier volet le temps est pris de présenté chacun des personnages (mis à part Jannicke que l'on a déjà "croisé" dans la préquelle), ce qui permet une fois de plus de s'identifier à eux. Mais après Cold Prey 2 devient plus "tout" que son ainé, ça va plus vite, ça fait plus mal, ça saigne plus, les morts sont plus inventives et Jannicke et le tueur sont plus forts.

 

imagesCAIZ6WBU.jpg

 

Mais malgré tout ça on a une forte impression de déjà-vu ce qui dessert le métrage. Et la présence de Camilla une jeune médecin rebelle, qui va être plongée dans l'horreur comme le fut un peu plus tôt Jannicke, au côté de cette dernière,  ne parvient pas réellement à réausser le niveau du film, malgré une très bonne interprétation du personnage par Marthe Snorresdoller Rovik (à tes souhait).

 

sans-titre.jpg

 

Mais horreusement (je vous rassure c'est fait exprêt) y a toujours mon chouchou! le Tueur encore plus froid et sans état d'âme que dans le premier volet. Et le voir comme ça dans ce huis-clos hospitalier avec de la chaire fraïche à découper, c'est un peu comme voir un grand requin blanc dans une piscine avec plein de baigneur dedans, ça vire au carnage. Autre petit points positif malgré le fait qu'il soit tout simplement Lui, c'est que l'on en apprend un peu plus sur lui son enfance, et on commence à avoir des petites brides ce qu 'il est.

 

coldprey2--6-.jpg 

 

Mon Avis: Une suite correcte sans en devenir géniale mais le fait d'avoir quitté les hautes cimes enneigées pour un lugubre hopital quasi désafecté donne l'impression que nos protagoniste son fait comme des rats.

 

 

Ma Note: 6.5/10

 

 

Kane91800

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Slasher
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 18:34

Cold-Prey.jpgRéalisateur: Roar Uthaug

Scénario: Roar Uthaug, Thomas Modelstad, Martin Sundland

Casting: Ingrid Bolso Berdal, Rune Melby, Rolf Christian Larson, Tomas Alf Larsen,

Durée: 1h32

Année: 2006

Pays: Norvège

Genre: Slasher

 

 

Résumé: Jannicke, son petit ami Eirik et trois partent skier en compagnie de leurs amis Morten, Mickaël et Ingunn. Tandis qu'ils font du hors piste, Morten se fracture la jambe. Sans moyen de prévenir les secours le petit groupe décide de passer la nuit dans un hotel abandonné perdu au milieu des montagnes, mais ils ne sont pas seuls à y avoir élu domicile....

 

 

Critiques: "Qu'est ce que ça donnerait si Mickaël Myers partait au ski..?", c'est propablement la question que ce sont pausés Roar Uthaug et ses amis scénaristes.

Et la réponse fut: Cold Prey!

 

cold-prey-still-2.jpg

 

Ce slasher Norvégien à vraiment de quoi déconcerté, ne serait-ce que parce qu'il est, comme sité précédemment, un slasher. Beaucoup comme moi se diront que le sujet a déjà été trop traité et que l'on a déjà fait le tour de la question. Dans ce cas que reste-t-il a un slasher pour ce démarquer des autres? Un scénario origonal? Difficile de trouver ne serait-ce qu'une once d'originalité de nos jours, même Scream 4 ne remplit pas ce contrat contrairement à son ainé de 1996.

Alors faire dans le gore à outrance? Mais ce n'est pas non plus le parti pris par le réalisateur. Et c'est là qu'il devient encore plus déconcertant...

 

Cold-Prey36401.jpg

 

Roar Uthaug a décidé de nous faire vivre pendant près de quarante minutes avec cette bande d'amis, sans la moindre goute de sang (mis à part le moment où Morten se fait remettre la jambe en place) ni même une petite arme blanche. Mais paradoxalement celà va permettre au film de nous fixer à notre siège pour les cinquante minutes restantes. Car ici les personnages ne sont vraiment pas caricaturaux, ce qui est vraiment à mille lieux des personnages que l'on voit habituellement dans ce genre de production. Et dire que c'e sont des norvégiens qui viennent donner la leçon... Ici pas de bimbos avec le feu au cul, ni de beau-gosses qui fait chavirer le coeur de toutes ces demoiselles, par contre le petit marrant et toujours là ( que serait une bande de potes sans le comique de service?). On y trouve de bons personnages que je califierai d'attachants et qui, chacun à sa manière, apportent beaucoup au drame qui est entrain, ou qui va, se jouer. Et c'est pourquoi ça fait un petit pincement au coeur de les voirs se faire désouder un par un...

 

cold-prey1b.jpg

 

Et tout ça par un golgote venu du froid! Un boogeyman charismatique comme on en a pas vu depuis longtemps. Un de ces mecs à l'ancienne qui parle pas, qui se pête pas la gueule en poursuivant ses potentieles victimes, un qui n'a pas d'âme et qui tue sans raison ou juste parce que t'étais au mauvais endroit au mauvais moment et que tu l'as  réveillé pendant sa sieste!

 

Cold-Prey35586.jpg

 

Le tout est donc joliement mis en scène par Roar Uthaug qui sans être inovent réussit à nous donner aussi froid que ses personnages et nous livre un bon final dans un magnifique décore enneigé.

 

Fritt1.JPG

 

 

Mon Avis: la Norvège n'est pas que le pays du saumon fumé et son cinéma de genre mériterait une plus grande reconnaissance.

 

 

Ma Note: 7.5/10

 

Kane91800

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Slasher
commenter cet article
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 23:19

choose.jpgRéalisateur: Marcus Graves

Scénariste: Brandon camp, Like Thompson

Casting: Kathryn Winnick, Nicholas Tucci, Kevin pollak

Durée: 1h20

Année: 2009

Pays: USA

Genre: Thriller/"Slasher"

 

 

Résumé: Fiona, étudiante en journalisme, est à la poursuite d'un tueur parallèlement à l'enquête de son père.

 

 

Critiques: Réalisé par l'inconnu Marcus Graves (qui réalise là son premier film) Choose est un eniem rejeton du Saw de James Wan. L'exception est que la plupart du temps il ne tue vraiment pas mais fait faire des choix plutot terrifiant (comme nous le laisse présager le titre) à ses victimes. Par exemple il laisse soixante seconds à un pianiste pour choisir entre perdre l'ouïe ou se faire couper les dix doigts. Original me direz vous...?

 

Même si le scénario est signé par les scénariste de la génial mes inachevée série John Doe, il n'as vraiment rien pour lui, personnages stéréotypés, histoire bancale, et j'en passe et des meilleurs. Domage car l'histoire de ce méchant qui ne tue vraiment pas mais qui propose à ses victimes des choix qui changeront à jamais leurs vies était vraiment bien pensée.

 

Choose2_2.jpg

 

La scène d'ouverture était pourtant tellement mais alors tellement prométeuse... Une famille est prise en otage par notre cher tueur et il impose à la fille ainée de choisir, entre sa mère et son père: lequel des deux doit mourir et une fois la décision prise elle doit faire le boulot elle même! Génial non!? Et voilà plus rien! pas de gore, pas de suspense, des personnages qu'on a déjà eu l'impression d'avoir vu quinze fois dans d'autres films ou d'autre qu'on ne sait sortis d'où. De plus l'affaire se résoud comme ça, par un tour de passe-passe tout pourri. Bon dans tous ça y 'a quand même quelque chose de presque bien à en tiré, une fin batarde mais surprenante.

 

Choose_site.jpg

 

 

Mon avis: Quand on s'inspire d'un chef d'oeuvre comme Saw autant le faire à bonne escient ce qui n'est pas le cas ici...

 

Ma note: 3,5/10

 

 

Kane91800

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lien Téléchargement: Choose Vostfr

 

 

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Slasher
commenter cet article
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 13:27

chain-letter.jpgRéalisateur: Déon Taylor

Scénario: Deon Taylor, Diana Erwin et Michael J. Pagan

Casting: Nikki Reed, Keith David, Brad Dourif, Cherilyn Wilson et Cody Kasch

Durée: 1h29

Année: 2010

Pays: USA

Genre: Slasher

 

 

Résumé: Un groupe d'amis reçoit un mail qui est en réalité une chaine. Le message leur dit que si ils refusent de la transmettre ils mourront un par un.

 

 

Critiques: Chain Letters'ouvre sur une bonne note. Un couple se rend au travail dans leurs voitures respectives. Mais une personnes est attachée par des chaines à l'arrière de chaques véhicules. Ces derniers partant dans un sens différent, on sent arrivé la bonne scène de l'écartellement!!!!! Et le reste des meurtres qui composent le film sont du même acabit, pas forcémént imaginatifs mais très bien réalisé avec des FX à la hauteur.

 

 

Mais le métrage est aussi une critique non dissimulée (n'y cherchez pas de deuxième lecture) du rapport que nous avons à la technologie de nos jours.Car, c'est vrai, que nous ne voyons que les bons côtés de la chose, téléphones portables qui sont maintenant de véritables petits ordinateurs, internet avec lequel on peut tout voir, tout connaître sur tout, les réseaux sociaux qui le composent  tel Facebook ou Twitter, le net est  même devenu pour beaucoup "leur lieu de travail". Mais ne sous-estimons pas les mauvais côtésde la technologie! Car avec les portables nous pouvons nous faire tracer partout où nous sommes, la plus part des banques étant informatisées quoi de plus facile que de pirater un compte en banque et avec les résaux sociaux combien de drames ce sont produit? Comme l'histoire de ce jeune parisien qui pensais avoir un rendez-vous galant avec une jeune fille mais qui en enfait est tombé dans un guet-apens et s'est fait torturer par la jeune fille en question et deux de ses amis?

 

chain_letter_pic2.jpg

 

Voilà ce que veux dénoncer haut et fort Chain Letter et c'est vrai que ça ne pouvait pas être plus clair. Et justement ce manque de subtiliter me détrange, le réalisateur qui est aussi co-scénariste ne cesse de nous marteller la même chose dès le début, il aurait peut-être était plus judicieux de garder les motivation du tueur secrêtes histoire de garder un peu de suspens qui se résume maintenant à: "qui est le prochain à crever?". Imaginez donc la pauvreté du scénario(et pourtant ils était trois à l'écrire)...

 

30362582.jpg

 

La réalisation aussi me dérange la bande originale tout simple pourrie, n'arrange rien au côté clipesque du film. On se croirait sur la chaine MTV  en mode "je fête Halloween". Sans compter des fondues qui auraient très bien pu avoir été réalisées sur windows movie-maker... et ces flashback incessant suremant emprunté à Saw qui rende le film complètement ridicule, malgré les informations fournies sur le pourquoi du comment de ce qu'il se passe(elles même ridicules). Servi par un casting tout aussi mauvais, les acteurs sont tout juste bons à aller animer les allées d'un super-marché le samedi, le film sombre trop rapidement dans la caricature et les clichés.

 

timthumb.jpg

 

 

 

 

Mon avis: L'idée de départ aurait pu être bonne mais malheureusement le traitement qu'elle a subit dénue le film presque de tout intérêt. Heureusement qu'il reste les scènes gores.

 

 

 

Ma note: 3/10

 

 

Votre Fidel Serviteur                       Kane91800

 

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Slasher
commenter cet article
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 17:48

affiche.jpg

 

Réalisateur: Alexandre Bustillo, Julien Maury

Scénario: Alexandre Bustillo

Casting: Béatrice Dalle, Alyson Paradis

Durée: 1h23

Année: 2007

Pays: France

Genre: Tueurs Psychopathes

 

 

 

Résumé: Sarah vit seule dans sa petite maison de balieu depuis la mort de son mari dans un accident de voiture. Devant accoucher le 25 décembre elle décide de passer le réveillon seule et au calme. Mais tout dérape lorsqu'une étrange femme frappe à sa porte...

 

 

Critique: "Ouvre moi ta porte... Que je t'ouvre le ventre!" Anciens journalistes du cultissime magasine Mad Movie Alexandre Bustillo et Julien Maury signent, là, leur premier film, autant dire qu'ils n'avaient vraiment pas droit à l'erreur sous peine de se faire décendre par leurs propres amis. Paris gagner! Les deux compères ont réalisé le meilleur film de genre français à égalité avec Haute Tension Alexandre Aja.

 

03C003C000762556-photo-alysson-paradis-dans-a-l-interieur.jpg

 

Les réalisateurs nous donnent le ton dès la scène d'ouverture, où l'on peu voir une Sarah ensanglantée, piégée dans sa voiture juste après l'accident avec à ses côtés son mari mort. A  voir la scène d'ouverture on se doute que le métrage va être sans concession.

 

Photo_1-7.jpg

 

Forcé de constater que les deux actrices principales sont tout simplement étincelantes dans chacun de leur rôle. Alyson Paradis (petite soeur de Vanessa) qui joue là sont premier rôle au cinéma nous livre  une interprétention de premier ordre. Parfaite dans le rôle de cette futur mère qui a toutes les peines du monde à oublier son mari et qui se raccroche à tout ce qu'il reste de tout les deux, leur enfant à naitre.

 

118540-8-a-l-interieur.jpg

 

Quand à Béatrice Dalle (que je n'apprécie pas particulièrement entant qu'actrice) je dois avouer qu'elle a fait dans le très très lourd! On la croirait presque possédée par son personnage de psychopate prête à tout pour obtenir ce qu'elle veut, le bébé de Sarah...

 

31331.jpg

 

En bon fans qu'ils sont, Alexandre Bustillo et Julien Maury se sont inspiré, sans forcément rendre homage, de quelques classiques du cinéma d'horreur notemment l'excellent Les Innocents de Jack Clayton (qui sera le sujet d'une prochaine critique). La tenue de Béatrice Dalle et la scène du canapé où Sarah examine de plus près les clichés qu'elle a pris de la "visiteuse" et qu'apparait derrière elle la silouhette de cette dernière en sont deux exemples.

 

imagesCAHXEVIO.jpg

 

 

Mais ça s'arrête là car A l'Intèrieur est un film brutal, où la violence, la folie et la solitude sont des personnages apparantières. Le fait que l'action se passe dans un contexte social particulier (les émeutes) renforce à mon sens la porté du titre du film qui a plusieurs signification. En effet Sarah vit à l'extèrieur de la ville "A l'Intèrieur" de laquelle les violences font rage, elle est sur le point d'accoucher donc à l'intèrieur de son corps une autre bataille a lieu et enfin le film étant un huis-clos c'est à l'inrèrieur de chez elle que les pires horreurs vont se produire.

 

inside-1024-1.jpg

 

La seule faiblesse du film réside probablement dans le manque de profondeur des dialogues, mais de vous à moi je ne vais pas au cinéma voir ce type de film pour entendre du Shakespeare. Donc pas de gros bobos!

 

inside1.jpg

 

Mon avis: A l'Intèrieur c'est de la "Bombe BABY!", ça pisse le sang, ça fait peur, c'est bien réalisé et les actrices sont terrible! Béatrice Dalle n'as pas à rougir de ses homologies masculin que sont Jason Voohrees et Mickael Myers!

 

 

Ma Note: 9,5/10 (juste pour pa mettre 10)

 

 

Votre Fidel Serviteur                        Kane91800

 

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Slasher
commenter cet article
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 10:20

94786dream-home.jpg

Réalisateur: Pang Ho-Cheung

Scénario: Pang Ho-cheung, Derek Tsang et Jimmy Wan

Casting: Eason Chan, Josie Ho, Anthony Wong

Durée: 1h33

Pays: Hong-Kong

Genre: Slasher

 

Résumé: Enfant, Cheng Lai-sheung pouvait admirer le quartier Victoria de Hong Kong depuis les fenêtres de l’appartement familial. Elle s’est jurée qu’un jour, quand elle serait grande, elle s’offrirait un appartement sublime avec une vue sur la mer. Les années ont passé et Cheng n’a pas oublié son serment. Elle travaille dur mais les prix exorbitants de l’immobilier à Hong Kong l’empêchent de concrétiser son rêve. A la mort de son père, elle touche son assurance vie mais cela ne suffit toujours pas…

197919_86781a7a8b7eb8c52a43eb64564d0c3c.jpg

 

Critiques: Sous fond de chronique social, Dream Home est un véritable Slasher qui fait l'effet d'un shoot d'un Roberto Carlos de la grande époque dans les boulles! C'est puissant, ça fait mal et ça saigne! Quel poête je fais...

dream-home-de-ho-cheung-pang-10281662bwgxc.jpg

Le rélisateur nous offrant une scène d'ouverture des plus trash, c'est légitimement que je me suis demandé si le reste allait être à la hauteur... Forcé de reconnaitre que oui! mais c'est intelligemment et avec talent que Pang Ho-cheung alterne scènes en temps réel et flashbacks et construit ainsi une trame narative nous permettant tour à tour de nous délecter de scénes de meurtres inventives puis de reprendre notre souffle.

dream_home_still01.jpg

C'est ainsi qu'il a choisit de nous conter l'histoire de Cheng petite fille idéaliste et pleine d'espoire qui, une fois adulte, tombera brutalement de son petit nuage pour être confronté à la violente réalité du monde d'aujourd'hui.

dream-home-pic.jpg

Et voilà, comment, tout au long du métrage, nous "comprenons" les motivations de Cheng. Ces même motivations qui vont la pousser à commettre les meutres les plus inventifs et sanglants vus depuis longtemps. Le réalisateur n'a pas hésité à déverser sa citerne d'hémoglobine sur un Hong-Kong dont l'infidélité et la cupidité font froid dans le dos.

DreamHome550.jpg

 

imagesCA04UETP.jpg

Mon avis: Premier Slasher venu de Hong-Kong, Dream Home et un véritable bain de sang social nous laissant entrevoir un avenir radieux pour le futur des films de genre provenant de la Perle de l'Orient.

 

Votre fidel serviteur           Kane91800

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Slasher
commenter cet article
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 00:56

 

midnight-meat-postsm_12.jpg

 

Réalisateur: Ryuhei Kitamura

Scénariste:  Jeff Buhler

Casting:       Bradley Cooper, VinnieJones, Brooke Shields, Ted Raimi

Durée:         1h38

Pays:           USA

Genre:         Slasher

 

Résumé: Leon Kauffman est un photographe cherchant à percer dans le milieu. Ayant été mis en contact avec une propriétaire de galerie d'art cette dernière le pousse à prendre des clichés plus audacieux pour pouvoir être exposé. Après avoir sauvé une jeune femme dans les couloirs du métro et avoir pris ses agresseurs en photo il apprend la disparition de cette dernière. dès le lendemain.En examinant les clichés pris dans le métro, Leon découvre l'existence d'un homme mystérieux qu il pense être responsable de cette disparition et de beaucoup d'autres. Fasciné par ce personnage Léon va bientôt plonger dans un cauchemard dont il risque de ne pas sortir indemne...

imagesCA6ZSEUY.jpg

Critiques: Réalisateur japonais de talent  Ryuhei Kitamurasigne ici son premier film sur le continent nord américain. Le sujet du film est tiré d'une nouvelle de Clive Barker (qui est lui même à l'origine de Candyman et Hellraiser) faisant partie d'un recueil intitulé Book of Blood.

c3812.jpg

Réalisateur sans complexe Ryuhei Kitamura instaure d'emblé une certaine noirceur à sont film mais semble ne pas avoir été plus emballé que ça par l'histoire. La trame est des plus classiques, le pauvre Léon qui tombe par accident dans le méchant monde du Boogeyman et qui on ne sais trop pourquoi s'identifie peu à peu à peu à lui.

midnight_meat_train_02.jpg

.On ne s'ennuie pas mais on ne peut s'empêcher de se demander pourquoi Léon est tellement fasciné par le tueur. Au point de voir parfois à travers ses yeux. C'était comme si, en cherchant à résoudre cette affaire il cherchait à découvrir qui il était lui même.

big-185_3_Midnight-Meat-Train--Blu-Ray-.jpg

HHHHHeeeeeeuuuuureusement! Il nous reste les scènes de meurtres, gores et intenses à souhait! Kitamura n'as pas lésiné sur l'hémoglobine. Même si l'ajout d'images de synthèses à la qualité légèrement douteuse fait perdre un peu d'intensité à certaines scènes, on sent que le réalisateur a pris du plaisir à les tourner. On y retrouve parfois un léger parfum de

Versus l'Ultime Guerrier son premier long métrage.

blumidnight4b.jpg

Une petite mention spéciale à Vinnie Jones pour son interprétation de Mahogany (le Boogeyman) à qui le rôle va comme un gant, même si il ne rentrera pas  au panthéon des tueurs fous de légende tel  qu'un Michael Myers ou un Jason Voorhees.

Midnight-20Meat-20Train_03.jpg

6680.jpg

 

Mon avis: Ca aurait pu être un film culte c'est devenu un film quelconque....

 

mmt-080624-04

 

 

Votre Fidel Serviteur                     Kane91800

 

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Slasher
commenter cet article
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 10:16

haute_tension.jpg

Réalisateur: Alexandre Aja

Scénario: Alexandre Aja, Grégory Levasseur

Casting: Cécile de France, Maïwenn, Philippe Nahon

Durée:1h35

Pays:France

Genre:Slasher

 

 

Résumé: Marie et Alex partent réviser leurs examens chez les parents de cette dernière vivant à la campagne. Mais la tranquillité tant rechercher va rapidement céder la place à une nuit d'horreur. Un psychopate semble avoir pris Alex pour cible. Marie va alors tout faire pour venir en aide à son amie....

 

high-tension-1.jpg

 

Critique: Haute Tension n'est pas sans rappeller le cinéma de genre des année 70-80 tel que Massacre à la Trançonneuse, Maniac..

Tout dans ce film en fait un film culte. Pourtant lors de sa sortie et encore actuellement Haute tension fut décrié.

A commencer par sont sujet, deux filles dans une maison à la campagne, un tueur psychopate etc... Et pourtant! Le réalisateur ne fait jamais dans la parodie. il réussi nous faire entrer dans la peau de ses personnages comme par exemple Marie tout en retenue et en pudeur, qui se transforme peu à peu en guerrière prête à tout pour sauver son amie.

Les scènes gores ont été pointées du doigt, "Trop de sang et de morts improbables" disait-on. Mais sèrieusement lorsque vous allez voir ce genre de film vous attendez vous à croiser au détour de chaque scène Mickey et tout ses potes de Disney? Moi non j'y vais pour voir des flots sang des membres coupés et pour me dire du tueur "Putain! c'est un dingue ce mec!". 

Autre points décrier la prétendue incohérence du film particulièrement à cause de sa fin. Cette fin qui au contraire donne la réelle teneur du film"pas question d'en dire plus sous peine se spoiler.".

 

 

1212600969_vlcsnap-100405.png

haute_tension_2002_reference.jpg 

 

Haute Tension et tout simplement un chef d'oeuvre, le genre de film qui vous met mal alaise voir vous rend malade grace à son suspens insoutenable, ses litres de sang déversé et à son Boogeyman qui ne nous épargne rien.

 

haute3.jpg

 

18363_14.jpg

 

Haute Tension rentre, véritablement, dans la veine de ces films qui ont marqué les générations.

 

haute-tension.jpg

 

 

Votre fidel serviteur                                             Kane91800

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Slasher
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Kane91800
  • Le blog de Kane91800
  • : Tout ce qui touche de près ou de loin aussi cinéma et à la littérature fantastique et d'horreur.
  • Contact

Recherche

Catégories