Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 02:41
Le  Projet Atticus (Atticus Institute)

Réalisateur: Chris Sparling

Scénario: Chris Sparling

Casting: Rya kihlstedt, William Mapother, John Rubinstein, Sharon Maughan

Année: 2015

Durée: 1h32

Pays: USA

Genre: Horreur

 

Résumé: Durant les années 70 le Docteur Henry West et son équipe tentent de prouver l'existence d'êtres humains possédant des capacités paranormales. Aprè de nombreuses expériences plus ou moins concluantes ils s'attaquent au cas de Judith Winstead. Mais rien de ce qu'ils avaient pu voir au paravant ne pouvait les préparer à ce qu'ils allaient devoir affronter...

 

Critique: Chris Sparling, sénariste du cultissime Buried avec dans le rôle phare un Ryan Reynolds au sommet de son art, nous livre, avec Le Projet Atticus, son premier film en tant que réalisateur. Et pour un coup d'essai on peut tout de même parler de petite réussite.

   
Le  Projet Atticus (Atticus Institute)

Le Réalisateur nous plonge au coeur des années 70 pour nous dépeindre le quotidien du Docteur Henry West (campé par William Mapother déjà vu dans de nombreuses séries tel Hawaï 5-0 ou encore Américan Horror Story saison 2) et de son équipe qui souhaitent coûte que coûte révéler aux yeux du monde la preuve irréfutable que des êtres humains aux dons extraordinaire se baladent parmis nous et ceux au détriment de sa propre famille, aux yeux de laquelle il ne donne que l'illusion d'une présence. et ce n'est qu'avec l'arrivée de Judith, quasiment offerte en pature par sa soeur, que le Docteur West retrouve un semblant un semblant de vie.

Le  Projet Atticus (Atticus Institute)

Cette Même Judith au bord de l'autisme qui n'est qu'un simple rat de laboratoire faisant office de faire valoir pour West et son équipe, et qui au fil du temps va révéler sa véritable nature au point de devenir une sorte de  Regan (L'Exorciste) à l'âge adulte.

Le  Projet Atticus (Atticus Institute)

Même si le scénario n'est pas irréprochable, Chris Sparling réussi tout de même à nous embarquer dans son histoire grâce notament à son parti pris pour narrer les fait. Film à budget réduit oblige il a opté comme moult jeunes réalisateurs pour le Found Footage. Les personnages sont ici les protagonistes d'un "reportage" sur le Docteur Henry West et les troublants événements qui suivire l'arrivée de Judith dans son institut.  Et pour le coup c'est un pari réussi!

Le  Projet Atticus (Atticus Institute)

Mon Avis: Un petit film bien foutu qui peut laisser présager un bel avenir pour son réalisateur/scénariste.

 

Ma Note: 6/10

 

Kane9180

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Horreur
commenter cet article
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 18:55
The Lazarus Effect

Réalisateur: David Gelb

Scénario: Luke Dawson, Jérémy Slater

Casting: Olivia Wilde, Mark Duplass, Donald Glover, Evan Peters, Sarah Bolger

Année: 2015

Durée: 1h23

Pays: USA

Genre: Horreur

Résumé: Zoé, son fiancé Franck, Niko et Clay, sont chercheurs. Un jour sous l'objectif de la caméra d'Eva, et après mainte tentatives, ils parviennent à ramener un chien à la vie grâce à un mystérieux sérum. Cependant lors de leur ultime tentative Zoé, victime d'un accident, meurt. Pour Franck et les autres pas le temps de réfléchir ils doivent faire de Zoé le premier cobaye humain. Mais Peut-on réellement échapper à la mort sans en subir les conséquence.

Critique: Hommage assumé à L'Expérience Interdite de Joël Schumacher The Lazarus Effect est loin mais alors très loin de son modèle. C'est avec l'inspiration d'un simple Réalisateur de téléfilms que David Gelb nous pond cette pélloche tout simplement insipide, peu aider, il est vrai, par un scénario à raz des pâquerettes. Absence de réels enjeux, tension inexistante, personnages aussi vides que mon compte en banque, font que le sujet n'est pas à la hauteur de mes attentes.

Pourtant The Lazarus Effect ( qui tire son nom de Lazarus, personnage de la bible ressuscité quatre jours après sa mort par Jésus himself) avait de quoi susciter la curiosité de part le sujet traité,  "Peut-on réellement avoir le pouvoir de vie ou de mort sans en subir les conséquence?", ainsi que par le parti pris d'utiliser le genre horrifique pour le traiter. Mais rien y fait, malgré le nombre de références assumées ou non de L'Expérience Interdite à Carrie en passant par Résident Evil, premier du nom (pour le huis-clos en laboratoire) la sauce ne prend pas même si on retrouve à la production un spécialiste du genre qu'est Jason Blum à qui l'on doit Paranormal Activity, la saga Insidious ainsi que le terrifiant Sinister.

Pourtant The Lazarus Effect ( qui tire son nom de Lazarus, personnage de la bible ressuscité quatre jours après sa mort par Jésus himself) avait de quoi susciter la curiosité de part le sujet traité, "Peut-on réellement avoir le pouvoir de vie ou de mort sans en subir les conséquence?", ainsi que par le parti pris d'utiliser le genre horrifique pour le traiter. Mais rien y fait, malgré le nombre de références assumées ou non de L'Expérience Interdite à Carrie en passant par Résident Evil, premier du nom (pour le huis-clos en laboratoire) la sauce ne prend pas même si on retrouve à la production un spécialiste du genre qu'est Jason Blum à qui l'on doit Paranormal Activity, la saga Insidious ainsi que le terrifiant Sinister.

The Lazarus Effect

Les acteurs eux même semblent peu inspirés par leurs rôles respectifs que ce soit Olivia Wilde dans le rôle de la jeune et talentueuse chercheuse ramené d'entre les mort ou Luke Duplass dans celui de son ambitieux fiancé ou encore le talentueux Evan Peters vu dernièrement en Quick Siver dans le réussi Xmen: Day of Futur Past.

The Lazarus Effect

Mon avis: Un (Télé)film, dont j'aurais bien pu me passer, au manque d'originalité perceptible jusqu'à son twist final prévisible et complètement foiré.

Ma note: 3/10 (parce que le chien lui il assure)

Kane9800

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Horreur
commenter cet article
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 18:07

Atrocious.jpgRéalisateur: Fernando Barreda Luna

Scénario: Fernando Barreda Luna

Casting: Cristian Valencia, Clara Moraleda

Durée: 1h10

Année: 2010

Pays: Espagne

Genre: Horreur

 

Résumé: Cristian et July sont deux frère et soeur, fans de surnaturel et tienne d'ailleurs un site internet traitant de légendes urbaines sur lesquelles ils enquêtent. Lors d'un week-endà Sitges, dans une maison de campagne dans laquel ils n'ont jamais mis les pieds, nos deux apprentis reporters décident de menner des investigations sur une légende locale: Des décénies au par avant une jeune fille s'est perdu dans des bois prêt de la maison et que l'on a jamais retrouvée. L'histoire dit que lorsque l'on est perdu dans ce même bois, elle nous montre le chemin, mais qu'il faut en aucun cas lui tourner le dos...

 

Critique: Décidément les Espagnols ne sont pas que dans de grands footballeurs où de grands mangeur de tapas, ils sont aussi des producteurs prolifiques lorsqu'il s'agit de films de genres.

 

atrocious-site.jpg

 

Atrocious en est le dernier rejeton. Filmé en Found Footage (en gros des images filmés par un protagoniste et retrouvées par un tiers) le film surfe sur la vague de films telque Rec ou biensure le Projet Blairewitch. Ils est vrai que les péloches réalisées avec cette technique nous ont donné des résultats plus ou moins mitigés, passant de l'excellance au grands n'importe quoi. Alors qu'en est-il d'Atrocious?

 

7cba495cfeb7896876d56f8b933efe91.png

 

Malgré un manque d'originalité flagrant ( en même temps que peut-on rajouter d'original à la conception de ce genre de film?) Atrocious réussi à nous intéressé dès le début. Comment ne pas s'attacher à ces deux adolescents chasseur de légendes urbaines? on se croirait presque dans un épisode de Chasseur de Fantômes  sur Planète No Limite (chaine 63 de Canalsat). Le fait que l'action se déroule dans une maison mais majoritairement dans un labirynthe situé à quelque pas de cette dernière donne un petit plus au film. Judicieuse idée de la part du réalisateur et scénariste Fernando Barreda Luna de situé l'action en intèrieur (Rec) et en extèrieur (Le Projet Blaire Witch).

 

f5a82d.png

 

Les acteurs aussi assurent! Les inconnus que sont Cristian Valencia et Clara Moraleda sont très bon dans leurs rôles respectifs de Cristian et July. On dirait vraiment qu'ils se sont pris au jeu de cette chasse aux fantômes. Leur prestation dans lorsqu'ils se perdent dans le labyrinthe est tout simplement flippante et bleufante.

 

Atrocious-WP-031.jpg

 

Mon avis: Sans rien révolutionner, Atrocious fait mouche. Les amateurs de Rec et du Projet Blairewitch apprécieront.

 

Ma note: 7/10

 

Kane91800

 

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Horreur
commenter cet article
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 12:42

mv5bmtm4nzizodg0of5bml5.jpgRéalisateur: Federico Zampaglione

Scénario: Federico Zampaglione, Dominico Zampaglione, Giacomo Gensini

Casting: Jake Muxworthy, Karina Testa, Nuot Arquint, Chris Coppola

Durée:1h14

Année: 2009

Pays: Italie

Genre: Horreur/Tueur psychopathe

 

Résumé: David revient d'Irak, où il était en première ligne. Il décide de partir pour l'Europe a fin de découvrir de magnifiques paysages lors d'une rendonnée à vélo. C'est alors qu'il rencontre Angeline, une séduisante jeune femme avec qui il décide de poursuivre la rendonnée. Mais sur leur chemin ils vont croiser Fred et Buck, deux chasseurs sadiques et sans moral qui vont alors les prendres en chasses. Tout d'abord apeurés nos deux rendonneurs vont vite se rencontre que la forêt renferme quelque chose d'encore plus dangereux...

 

 

Critique: Leader d'un groupe de Rock italien méconnu en France, Federico Zampaglione signe ici non pas son premier mais son second long métrage, mais Shadow est son premier film de genre. Alors est-ce que Federico Zampaglione est le Rob Zombie du pays des macaronis..?

 

2.jpg

 

Shadow se décompose en deux parties bien distinctes, la première est un survival forestier une sorte de mélange entre Délivrance et Les Proies. Ou l'on retrouve David, notre Vétéran de l'Irak, volant au secours d'une jeune rendononneuse prise à partie par deux Bouseux plus adeptes de la gachette que de la brosse à dent, dans un bar.  Mais bien évidemment nos deux "tourteraux", qui comme par hazard vont se croiser de nouveau dans une forêt qui à décidement plus l'air d'un bois que de la forêt de Fontainebleau, vont y retrouver nos deux cul-terreux de chasseurs. Et c'est partie pour une course poursuite qui nous mennera droit vers la second partie de Shadow.

 

shadow-03.jpg

 

Lors de cette second partie le réalisateur décide de nous orienter vers un Torture Porne à la Hostel, mais la dose obligatoire d'hémoglobine en moins. Car Federico Zampaglione ne nous montre rien, mais alors rien du tout... La plus part des actes de tortures ou meurtres se passant hors-champ c'est ainsi qu'on "vera" notament une gerbe de sang éclabousser les feuilles d'automnes fraichement tombées des arbres où un en corps le chant morbide d'un chien que l'on vient d'aspergé d'essence que l'on fait grillé tel un Hot Dog (je sais elle est facile...). Mais tout ça sans nous montrer les faits! On doit tout imaginer! Ce qui est le comble dans cette partie du film qui se veut être un "Hostel Like".

Heureusement vient à la rescousse un personnage tout simplement excellent. Le méchant! Une sorte de Nazi anorexique, de deux mètres, chauve de surcrois et qui se défonce au venin de crapaud, interprété par un acteur au nom aussi singulier que son physique Nuot Arquint.

 

shadow-leccarospo01.jpg

 

Malgré son manque de gore, ce qui est un comble pour un film voulant jouer dans cette catégorie, Shadow aurait put sauver la mise, mais voilà suite à un final foireux (au dénouement prévisible au possible) et a l'absence d'un climax qui aurait put faire passer la pillule plus facilement, le film laisse une impression de gachi... Car même si il est difficile de faire, de nos jours, d'un film de genre un chef-d'oeuvre, il serait de bon ton de ne pas en faire une oeuvre qui laisse son spectateur sur sa fin.

 

Shadow-2.jpg

 

Mon avis: Sous exploité et plus que moyen.

 

Ma Note: 4/10

 

Kane91800

 

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Horreur
commenter cet article
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 21:33

destination-finale-5-3d-20438-649317227.jpgRéalisateur: Steve Quale

Sacénario: Eric Heisserer

Casting: Nicholas D'Agosto, Emma Bell, Tony Todd, Courtney B. Vance

Durée: 1h25

Année: 2011

Pays: USA

Genre: Horreur

 

Résumé: Alors qu'il se rend, en compagnie de quelques collègues, à un séminaire, Sam à le présentiment que le pont sur lequel se trouve le bus dans lequel il voyage va s'écrouler. Il réussit tant bien que mal à faire descendre tout le monde avant que sa prédiction ne se réalise. Mais alors que les huits rescapés pensent avoir échappé au pire mais la mort réclame son du et les règles ne sont plus les mêmes...

 

Critique: Après deux suites plus que décevantes revoici la Grande Faucheuse et autant dire qu'elle est en forme. Beaucoup se demanderont ce que ce nouvel opus apporte de nouveau à la franchise car autant avouer que Destination Finale 3 et 4 sentaient le réchauffé. Bah pour être honête pas grand chose. Car le principe reste le même depuis l'excellent premier opus signé James Wan. Cependant le scénariste à eu l'excellente idée de rajouter une nouvelle règle au jeu, mais nous y reviendrons un peu plus tard.

 

death-rolls-steven-quale66705.jpg

 

Comme beaucoup de fans de la saga, une question me tarode à la sortie de chaque épisode, qu'est ce que la Mort va nous réserver comme plans tordus? Et comme à chaque fois elle fait preuve de pas mal d'originalité. Le premier décé et pour moi un des plus réussit de toute la saga rien que d'y pensé j'ai mal... Mais par la suite on se lasse un peu de cet effet domino que l'on retrouve à chaque fois que le trépas va frapper  l'un des protagoniste.

 

destination-finale-5-3d-2011-20438-859179322.jpg

 

Au niveau des personnages pas grand chose à signaler on a tous simplement le sentiment de se retrouver avec les réincarnations des personnages des quatres opus précédents. Mais le plus exaspérent reste les dialogues qui sont de véritables copié/collé depuis le début de la franchise.

 

destination-finale-teaser_3zt6r_1pltle.jpg

 

Revenons maintenant au points original de Destination Finale 5, sa nouvelle règle! Maintenant si l'un de nos "condamnés" veut vivre plus longtemps il doit trucidé quelqu'un d'autre à sa place! Pas mal comme idée, surtout que cette sous intrigue permet d'insuflé un souffle nouveau au film. Mais malheureusement tout ça est sous exploité... A mon imble avis, même si cela aurait eu pour éffet de prolongé le film d'une demi-heure, cette sous intrigue aurait mérité un meilleur développement.

 

imagesCAPUBV0D.jpg

 

Mais là, où, Destination Finale 5 assure, c'est par  son final! Qui est tout simplement génial! Même si je m'y attendais je n'osais pas l'espérer et le scénariste l'a fait! Alors que Destination Finale de 1 à 4 nous proposaient des fin quasi similaires, Eric Heisserer prend tout le monde à contre pied, ce qui pourrait donner des idées au scénariste de l'éventuel Destination Finale 6.

 

31303584_jpeg_preview_large.jpg

 

Mon Avis: Un nouvel opus pas beaucoup plus original que les deux derniers mais quelle fin!!!!!!!!!

 

 

Ma note: 6,5/10

 

 

Kane91800

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Horreur
commenter cet article
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 10:12

Siren-2010-megavideo-copie-1.jpgRéalisateur: Andrew Hull

Scénario: Geoffrey Gunn, Andrew Hull

Cating: Anna Skellerm, Eion Macken, Tereza Srbova, Anthony Jabre

Durée: 1h20

Année: 2010

Pays: Royaume-Uni

Genre: Horreur

 

Résumé: Rachel accompagnée de son petit ami Ken et de son ex, Marco, part en croisière sur les eaux placides de la Méditéranée. Alors que tout se passe pour le mieu, Marco décele un signal de détresse aux abords d'une île déserte. les trois amis se précipitent alors aux secours du rescapé sans se douter que l'île recele un terrible danger sous la forme d'une jeune et jolie demoislle.

 

 

Critique: Siren revisite le mythe de la légendaire Sirène, rendue célèbre par le compteur grec Homer dans son célèbre récit, l'Odysée, où, Ulysse cherchant le chemin de son royaume, Ithaque, se retrouve confronté à d'étranges créatures mi-femme, mi-poisson au chant envoutant et incitant les marins à s'échouer.

 

Siren_Siren_film_still_3.jpg

 

C'est Andrew Hull qui s'est attelé à la tache, il s'agit d'ailleur de son premier et dernier film car il est décédé en 2010 à l'âge de 46 ans. Mais malheureusement son film ne fera pas de lui l'un de ces artiste qui marquera son époque.

 

Siren-III-2010-by-Director-Andrew-Hull-1.jpg

 

Car Siren est loin d'être une réussite malgré son affiche rappelant furieusement des films tel que la saga Sex crimes. On s'ennuie de bout en bout. et ceux malgré l'envie évidente de son réalisateur/scénariste de jouer sur l'ambiguité des relations homme femme voir même des relation entre femme. Le film reste trop timide dans tous ses aspects tant dans son aspect sexuel que dans son aspest horrifique. Pourtant Andrew Hull n'a de cesse de jouer entre le lien qui unissait et qui unit toujours Rachel et son ex Marco, qui semble encore éprouver des sentiment pour elle, de l'attitude à tendance perverse de Ken et enfin de cette étrange attirance qu' éxerce la troublante Silka sur nos trois amis.

 

imagesCAELZBQQ.jpg

 

Autant dire que Siren, même si il ne fallait pas s'attendre à grand chose, est une de ces bandes qui ne faut même pas la peine d'être achetée  1euro dans une broquante Le film n'a rien pour lui, un casting molasson, un rythme inexitant, l'horreur quasi nule et un dénouement tout ce qu'il y a de plus pourri.

 

Sirena_Siren_Endryu_Hall_Andrew_Hull_-2010_Velikobritaniya_.jpg

 

Mon Avis: L'histoire d'une demoiselle mi-femme, mi-thon qui par en queue de poisson. Je préfère encore aller matter Splash avec Daryl Hannah.

 

Ma note: 2/10

 

 

Kane91800

 

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Horreur
commenter cet article
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 10:37

00.jpgRéalisateur: Steven C. Miller

Scénario: Anthony C. Ferant, Jacob Hair.

Casting: Lauren Holly, Marcelle Baer, Todd Haberkorn, Lance Henriksen

Durée: 1h28

Année: 2011

Pays: USA

Genre: Horreur

 

 

Résumé: Un professeur en archéologie et ses étudiants découvrent, par accident, derrière un mur de l'université, une étrange boite et un gantelet qui semble datés de 200 ans et provenant d' Irlande. Après avoir réussi à ouvrir le boite ils y découvrent une tête momifiée. Mais le professeur est ses élèves ne se doutent pas qu'ils viennent de réveiller un terrible fléau.

 

 

Critiques: " Super un nouveau film produit par SyFy", me suis je dit. Et il faut dire que le film remplit plûtot bien son cahier des charges. A commencer par son scénario complêtement bencal, avec une suite d'incohérences incroyables, par exemple sur la fameuse boite où nous voyons écrit en gros "DUNCAN" qui n'est pas le nom de celui qui a planqué la boite mais de celui a qui il ne faut absolument pas la remettre... Et il y a aussi des personnages caricaturaux au possible et ce malgré la présence de Lauren "Gros Poumons" Holly aussi à l'aise dans le rôle d'une archéologue qu'une baleine dans une baignoire et de Lance Henriksen, qui commence à être habitué à ce genre de productions bas de gamme.

 

photo-Scream-of-the-Banshee-2011-4.jpg

 

Par contre je trouve le monstre pas mal réussi même si , il est vrai qu'elle a plus tendance à faire rire qu'à faire flipper... C'est que la pauvre banchee (du nom d'un monstre du folclore irlandais) n'as qu'une arme assez originale pour tuer ceux qui se trouve sur sa route? Son cri!!!! Avouez que vous avez déjà les pétoches... Une fois que ses victimes ont entendu ça douce voix elle les poursuit, même dans leurs rêves jusqu'à ce que mort s'en suive et surtout elle peut revétire différentes apparences. Vous l'aurez compris elle se situe entre Freddy Kruger, un caméléon et Cindy Sanders (Vous avez remarquez que j'ai sité cette dernière derrière le caméléon....).

 

photo-Scream-of-the-Banshee-2011-2.jpg

 

Côté réalisation on retrouve Steven C. Miller qui est le réalisateur de Automaton Transfusion, un premier film, parlant de zombies, fauché payé avec trois cailloux et deux vieux chewing-gums et qui pourtant ce révêle être assez intéressant. Revenons en à nos moutons (non je ne parle pas des acteurs sinon j'aurai dit chèvres). Donc le réalisateur ne s'en sort pas trop mal, même si il se sert parfois de racoucit facile et que, les effet spéciaux, mis à part le monstre, sont tout simplement pas terrible notemment les scènes tournées sur fond vert.

 

photo-Scream-of-the-Banshee-2011-5.jpg

 

Un bon point aussi pour l'ultime réplique du film qui m' a fait exploser de rire tant dans la façon de la dire que dans la réplique en elle même... On se croirait revenu dans les année 80 et les films de Shwarzy, elle aurait bien eu sa place dans Commando.

 

Mon Avis: Malgré tout le produit reste correct pour un film SyFy. Pour ceux qui ne sont vraiment pas mais alors vraiment pas , difficils.

 

 

Ma Note: 2/10

 

 

Kane91800

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lien Téléchargement: Scream.of.the.Banshee.VOSTFR

 

 

 

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Horreur
commenter cet article
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 11:41

1200.jpgRéalisateur: Takashi Miike

Scénario: Yasushi Akimoto, Minako Daira

Casting: Kou Shibasaki, Shin'ichi Tsutsumi

Durée: 1h50

Année: 2004

Pays: Japon

Genre: Horreur

 

 

Résumé: Une vague de morts mystèrieuse frappe le Japon, Les victimes toutes pour point commun d'avoir reçu un étrange appelle. Après la mort d'une de ses proches, Yumi, Une jeune étudiante, décide de menner l'enquête en compagnie du frère d'une des victimes de cet appel maudit.

 

 

Critiques: Voici le film qui (un peu tard je vous l'accorde) m'a fait dévouvrir Takashi Miike. Beaucoup diront que La Mort en Ligne est un éniem Yureï (therme désignant le fantôme d'une personne décédée de mort violente, le plus souvent c'est une femme ou une jeune fille avec des cheveux long et salle lui cachant le visage.) mais pour moi ce n'est pas un autre The Grudge ou Ring.

 

18443139_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20050822_033728.jpg

 

Ici pas de maison hantée ni de cassette vidéo maudite, mais un accessoire que nous avons tous en autre posséssion aujourd'hui, le téléphone portable! Alors imaginez vous recevoir un appelle sur votre tout nouveau I-Phone 4 et là au bout du fil vous reconnaissez votre propre voix hurlant à la mort et une fois que vous avez raccrochez tout transpirant, vous remarquez que l'appelle provient de votre propre numéro et qu'il date de trois jours plus tard... Oui, je sais ça ressemble à Ring Mais ici c'est MONSIEUR Miike qui est aux manettes et croyais moi il m'a parfois foutu les chocottes.

 

18443137.jpg

 

Malgré un début très plat Maitre Takashi réussi à faire monter la pression de manière expodentielle, agrémentant son film de scène d'horreur dont lui seul à le secret, dont la scène du studio de télévision qui est tout simplement effrayante, à metter du côté des scènes cultes du cinéma d'horreur. Et il y a aussi cette fameuse sonnerie qui s'empare de notre téléphone lorsque l'on reçoit l'appelle maudit... C'est une pure réussite, j'ai eu le malheur de la mettre comme sonnerie de mon portable la nuit ou j'ai vu le film, et le lendemain pendant que je dormait encore, je reçus un appelle, ayant oublié que j'avais changé de sonnerie, je ne vous dit pas le flipe que j'ai eu....

 

1108_4bc92829017a3c57fe0103f9_1293131301.jpg

 

Petit reproche que je peux faire à ce chef d'oeuvre du J-Horror (Film d'horreur Japonais) c'est ça fin prévisible mais qui laisse présager une suite (en fait il y en a eu deux!)

 

18443143.jpg

 

Petite pépite trop souvent oubliée, La Mort en Ligne a été en 2006 la victime d'un remake Américain réalisé par le français Eric Valette (Maléfique), One Missed Call. Un remake dont je ne ferai même pas la critique tellement il massacré le diamant brute de Takashi Miike.

 

sitarik1920258.jpg

 

Mon Avis: Ca sert à rien d'éteindre ton portable ça marche quand même....

 

Ma Note: 8/10

 

Kane 91800

 

 

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Horreur
commenter cet article
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 10:11

graceb.jpgRéalisateur: Paul Solet

Scénario: Paul Solet

Casting: Jordan Ladd, Stephen Park, Gabrielle Rose

Durée: 1h21

Année: 2009

Pays: USA

Genre: Horreur

 

Résumé: Madeline est enceinte de huit moi, mais suite à un accident de voiture, qui coutera la vie à son mari, l'enfant qu'elle porte ne donne plus signe de vie. Ayant du mal à assumer la chose elle décide tout de même de mener la grossesse à terme. A l'issue de l'accouchement le bébé est effectivement mort né, mais après quelques minutes il revient à la vie et Madeline décide de l'appellé Grace. Madeline est comblée, mais Grace n'est pas un bébé comme les autres...

 

 

Critiques: Grace est à l'origine un court-métrage de six minutes écrit et réalisé par Paul Solet. Ayant fait son petit Buzz le réalisateur décide de le transformé en long métrage et de le présenté dans divers festivals, où le film a toujour été accueilli avec beaucoup d'enthousiasme.

 

grace4.jpg

 

Pourtant Grace n'est pas le film bourrin que beaucoup attendait, on est bien loin d'un Baby Blood. Au contraire le film est tout en subtilité et nous fait plonger dans l'horreur doucement mais surement. L'histoire se déroule autour de Madeline jeune femme ayant subit de multiples traitements contre la stérilité et qui a vécu de nombreuses fausses couches. Incapable de subire un nouvelle échec elle fait tout ce qui est possible pour que l'enfant puisse arrivée à terme, elle ne mange plus de viande, ne consomme que des produits bios et surtout tente de rester calme face aux assaults répété de sa belle mère qui semble vouloir tout controlé jusqu'à (ou au moins jusqu'à) la naissance de l'enfant.

 

grace-92f67 

 

 

Tout se petit monde (malgré tout bien huilé) va s'éffondrer lors de l'accident, car non seulement Madeline va y perdre son mari, mais le bébé aussi va succomber aux blessures de sa mère. touchée par ses précédents échecs elle décide envers et contre tout de garder son enfant en elle jusqu'au terme de la grossesse. Quoi de plus poignant que de voir une "mère" dans l'incapacité mentale et physique d'accepter la mort de son enfant.

 

grace.jpg

 

Une fois l'accouchement terminé et Grace revenue à la vie il est plaisant de suivre Madeline dans son nouveau combat, cacher sa fille "différente" aux autres et notamment à sa belle mère de plus en plus envahissante et qui semble vouloir faire de Grace sa propre enfant et ceux quelqu'en soit le prix. Il va aussi lui falloire gérer la différence de Grace qui semble développer un étrange appétit pour le sang...

 

19810.jpg

 

Paul Solet réussit, ici, un film tout en émotion et subtilité qui parvient, avant de nous faire peur, à nous faire comprendre ce que ressent Madeline ( Jordan Ladd, excellente) qui doit subir les attaques d'une autre mère, celle de son marie décédé, qui doit elle affronter la perte d'un fils.

 

Bottle-of-Blood.jpg

grace2.jpg 

 

Mon Avis: Vous l'aurez compris, avant d'être un film d'horreur, Grace est un drame mais il est foutrement bien réussi pour un premier film.

 

Ma note: 7/10

 

Kane91800

 

 

 

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Horreur
commenter cet article
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 15:33

hidden-3d.jpgRéalisateur: Jack Frost, Antoine Thomas

Scénario: Alan Smithy, Alana Smithy

Casting: Sean Clément, Simonetta Solder, Jordan Hayes

Durée: 1h18

Année: 2011

Pays: Canada

Genre: Horreur

 

Résumé: Au décé de sa mère, qu'il ne portait pas particulièrement dans son coeur, Bryan Karter apprend qu'il vient d'hériter d'un vieu monastère reconverti en centre de traitement contre les adictions. Tout en ignorant que sa mère y pratiquait des expèriences plus que douteuses sur des êtres humains, Bryan se rends au vieu batiment pour le visiter en compagnie de cinq de ses amis, il vont y vivre un véritable cauchemard....

 

 

Critiques: L'avantage avec Hidden 3D c'est que la critique ne va pas être bien longue car il n'y a variment pas grand chose à dire. Les effets spéciaux sont pouris, les acteurs encore plus, le scénario plat et la réalisation à chier....

 

0v3lnxan8otx6dq0uun.jpg

 

 

Rien dans ce film n'est intéressant mis à part p-e les dix premières minutes qui pourtant laisser présager un minimum de bonnes choses, une fois ce court moment passé plus rien!!!! Hidden 3D (Dans l'ombre en Français) est un film qui mélange un peu tous les genres maison hanté, insectes tueurs et des pseudos zombies(même si ce n'est pas explicitement dit) et tout ça pour un des plus grands raté de 2011 (si raté il y a sachant que personne n'attendait ce film)...

 

hidden3d_26_preview.jpg

 

Mon Avis: Allez! Aux Chiottes!!!!

 

 

Ma Note: 1/10 (pour les 10 premières minutes)

 

Kane91800

 

 

 

 

  

 
 
Lien Téléchergement: HIDDEN 3D vostfr
Repost 0
Published by Kane91800 - dans Horreur
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Kane91800
  • Le blog de Kane91800
  • : Tout ce qui touche de près ou de loin aussi cinéma et à la littérature fantastique et d'horreur.
  • Contact

Recherche

Catégories