Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 15:42

The_Loved_Ones_TrueFRENCH_DVDRiP_2011_By_PlaneteDDL_com.jpg

Réalisateur:Sean Byrne

Scénario:Sean Byrne

Casting:Xavier Samuel, Robin Mc Leavy, John Brumpton, Richard Wilson, Victoria Thaine

Durée:1h25

Pays: Australie

Année:2010

 

Résumé:Lola, la fille la plus timide du lycée, propose à Brent de l’accompagner au bal de fin d’année. Comme il avait prévu d’y aller avec Holly, sa petite amie, il décline poliment l’invitation. Mais Lola n’aime pas qu’on lui dise non…

The-Loved-Ones-Victoria-Thaine-Xavier-Samuel-7.jpg

 

Critique: Enfin un film d'horreur un minimum original! Après Wolf Creek, voici la nouvelle pépite made in "Le Pays des Kangourous".

the-loved-ones-2011-20572-46713957.jpg

 

Sean Byrne a parfaitement su équilibrer humour, gore, et moments de tension. Le film est certes bourré de clichés comme par exemple la scène d'ouverture ou Brent et en voiture avec son père un qu'un homme surgit sur la chaussé et provoque un accident, ou encore l'ado en manque de sexe qui s'y prend plus que maladroitement avec sa cavalière et le père de cette dernière.

imagesCA8KRH0E.jpg

Sans parler de la fille impoulaire du lycée, le beau ténébreux etc.... Ils y sont tous! mais chaque personnage est traité avec subtilité et intelligence.

 

1105b.jpg

On y retrouve aussi un petit clin d'oeil (peut-être que je me trompe) au Sous-sol de la Peur, un film signé Wes Craven (et oui le papa de Freddy) lorsque Brent est envoyé font d'un trou par la "charmante" Lola (je n'en dirai pas plus). loved-ones-420-1-420x0.jpg

Il ne faut pas non plus ooublier les scènes trashs qui sont judicieusement réparties avec une  scène incluant une perceuse qui est déjà culte.

thelovedones94.jpg

Mais The Loved Ones c'est aussi un final Grand Guignolesque me rappellant des films tel que Dawn of the Dead ou autre mad zombie.

loved-ones.jpg

Mon avis:Une pure réussite

 

Votre fidel serviteur                        Kane91800

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Tueur psychopathe
commenter cet article
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 13:20

134327-b-eden-lake.jpg

Réalisateur:James Watkins

Scénario:James Watkins

Casting:Kelly Reilly, Michael Fass Bender, Jack O'Connell

Durée:1h30

Pays: Royaume-Uni

Année:2008

 

Résumé:Jenny et on petit ami, Steve, quittent Londres pour passer un week-end romantique au bord d'un lac.
La tranquillité du lieu est perturbée par une bande d'adolescents bruyants et agressifs. Ces derniers semblent amusés à l'idée de pousser le couple à bout.N'en pouvant plus, Jenny et Steve leur demandent de baisser le son de leur radio. Grosse erreur! Ce week-end idyllique va alors rapidement se transformer en cauchemard.

 

photo-Eden-Lake-2007-11.jpg

Critique: La critique d Eden Lake sera Plus tôt courte. Effectivement le film reprends à peu de chose prêt la thémaique de F (ici). 

eden-lake-jack-oconnell-finn-atkins-jumayne-hunter1.jpg

 

Dans la ligné de Délivrance, Eden Lake est un survival pur et dur. James Watkins joue avec une peur que partage beaucoup de gens, se retrouver confronter à une bande de jeunes sans état d'âme.

eden-lake-1.jpg

Porté par un casting sans faille, Eden Lake nous plonge sans prévenir dans un suspense intance une fois la phase de présentation achevée. Comment ne pas se mettre à la place de Jenny partagée entre l'envie viscérale de survivre par tous les moyens possibles et sa peur de faire du mal à des enfants. Son choix n'étant pas dénué de toutes conséquences.

h_4_ill_1101994_eden-lake-bis.jpg

Le film ne nous ménage sur aucun point tant sur le visuel que sur le sonor (la scène où un jeune garçon est immolé par le feu est tout simplement insuportable).

large_eden_lake_blu-ray_10.jpg

Mon avis: Eden Lake est un film au suspense plus qu'intense, avec un final réussi qui donne vraiment à réfléchir.

 

Votre fidel Serviteur                                        Kane91800

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Tueur psychopathe
commenter cet article
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 23:09

F

f_2010.jpg

Réalisateur:Johannes Roberts

Scénario:Joahnnes Roberts

Casting:David Schofield, Eliza Bennett, Ruth Gemmell

Durée;1h20

Pays:Royaume-Uni

Année:2010

 

Résumé:Robert Anderson est un professeur fatigué. Un jour, après avoir donné une mauvaise note à un élève et s'être moqué de lui, il est violement agressé par ce-dernier.Robert, traumatisé, sombre alors dans l'alcoolisme et la paranoïa et devient ainsi la risée de ses collègues. La directrice de l'établissement n'as alors qu'une idée en tête le licencier. Un soir alors qu'il surveille sa fille qui a hérité d'une heure de retenue, le lycée est assiégé par des jeunes portant des sweat-shit dont la capuche leur recouvre le visage...

  F-Johannes-Roberts-Movie-Still.jpg

Critique:Pas encore sortie en salle dans notre pays (et je ne pense pas que ce sera un jour le cas) voici F .

Dans la ligné d'un Eden Lake et d'inspirant fortement d' Assault de John Carpenter, F traite des défaillances du système éducatif qu'il soit scolaire ou parental. Pour ce faire le réalisateur nous invite à suivre Robert un professeur alcoolique, paranïaque, tête de turc de ses collègues et  usé jusqu à la moëlle depuis un agression subit alors qu il était en plein cours.

f-movie-david-schofield.jpg

F nous dresse le portrait d'une jeunesse qui ne sait plus où se situer. Qui ne sait plus ce qu'est le respect, qu' il soit envers l'institution qu'est l'école et ses professeurs, ou  des parents ( les relations tendues entre Robert et sa fille) ou même de leur propre camarades.

protectedimage.jpg

Mais le film nous montre également les mauvais côtés du corps enseignant. Avec ses excés d'autorité et son sentiment de totale impunité le poussant parfois à humilier ou a pousser à bout certains élève sous prétexte de les motiver et leur apprendre la vie. Beaucoup se reconnaitront dans cette élève qui se fait prendre en grippe par Robert au début du film.

25127-copie-1.jpg

Les antagonistes (car il y en a quand même) sont, ici, représentés sous forme d'ados à capuche dont on ne voit jamais le visage.(choix judicieux car cela ajoute un côté paranormal au film), qui se déplace tel des félins... Véritables prédateurs, il ne font aucun bruit, bondissent, escaladent des bibliothèques, et jouent avec leurs "proies" avant de fondre sur elles come une meute de hyènes. L'effet escompté est réussi même si , il est vrai, que le film fini par tourner en rond et à s'éssoufler. Heureusement qu'il nous reste la course contre la montre de Robert pour sauver sa fille.

F-TBA.jpg

Mon avis: Avec son "F" Johannes Roberts ne fait pas figure de premier de la classe mais nous fait tout de même passer un bon moment, Pour ma part je trouve la fin intelligente et non convensionnelle ce qui pour moi rajoute tout de même du cachet au film.

 

 

Votre Fidel serviteur    Kane91800

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Autre
commenter cet article
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 11:06

l_effet_papillon-3.jpg

Réalisateur:Eric Bress et J.McKye Gruber

Scénario:Eric Bress et J.McKye Gruber

Casting:Ashton Kutcher, Amy Smart,

Durée:1h40

Pays:USA

Genre:Fantastique

 

Résumé:Une théorie prétend que si l'on pouvait retourner dans le passé et changer quelques détails de notre vie, tout ce qui en découle serait modifié. On appelle cela "l'effet papillon".
Evan Treborn, un jeune homme en proie à des crises d’amnésie et dont le père est interné dans un asile, cherche à savoir quel événement l’a séparé de ses amis d’enfance. Ne se souvenant plus de rien, il va demander à Kayleigh Miller, la fille dont il était amoureux, de l’aider mais ne réussira qu’à la traumatiser, ce qui la conduira au suicide.
En relisant ses journaux intimes, il se découvrira le pouvoir de revenir dans le passé. Il va alors chercher à aider ses proches et à découvrir les moments importants de sa vie qu’il a oubliés, mais se rendra vite compte que chaque action aura ses conséquences...

l_effet_papillon.jpg

Critique:Qui aurait pu s'imaginer que la théorie d’Edward Lorentz pourrait engendrer un tel film...? C'est en effet le petit miracle qu 'ont réussi réaliser les réalisateurs et scénaristes Eric Bress et J.McKye Gruber.

Le principe est d'une simplicité qui frise le géni, suivre la quête d'un homme cherchant  à trouver le bonheur. Mais cette quête passera par le besoin de se souvenir et de réparer les erreurs passées.

C'est ce qu' entreprend de faire Evan lorsqu'il découvre son dont. le tout traité de façon poétique, cruelle et terriblement réaliste par les réalisateurs, qui ne tentent à aucun moment de nous expliquer le pourquoi du comment de ce pouvoir.

leffet-papillon-the-butterfly-effect-L-CI8H69.jpg

 l_effet_papillon_the_butterfly_effect_2003_reference.jpgeffet-papillon-2004-04-g.jpg

Les Voyages dans le temps sont également magnifiquement retranscrits. ils se traduisent par certains symptome, touchant Evan, tel que les maux de têtes, émoragie nazal et trouble de la vision comme si chaque tentative pour réparer les erreurs qu'il a commis lui coutaient un peu de sa vie.

imagesCAH5BCK1.jpg

Mais l'Effet Papillon c'est aussi et surtout une merveilleuse histoire d'amour entre Evan et Kayleigh. Une de ces histoires qui vous prend aux tripes et qui vous broie le coeur. Ce genre d'amour que l'on regrette d'avoir laissé filler tant on se savait fait l'un pour l'autre et que nous aussi aurions aimé sauvé  de la fatalité , chose que le destin s'en tête à nous refuser...

l_effet_papillon_6_evan_kayleigh_fenetre.jpg 

20050702-effet-papillon.jpg

936full-the-butterfly-effect-screenshot.jpg

Mon avis:l'Effet Papillon fait partie partie de ce genre de film qui nous rends malade de regrets et de douleurs en repensantt à certains de nos choix passés, il nous fait craindre le futur et comprendre que nous ne sommes que des pions sur l'échiquier de la vie....

 

Votre fidel serviteur           Kane91800

 

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Fantastique
commenter cet article
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 09:28

 

feast_16815_original.jpg

Réalisateur: John Gulager

Scénario: Marcus Dunstan, Patrick Melton

Casting: Eric Dane, Navi Rawat, Krista Allen, Balthazar getty, Josh Zuckerman

Durée: 1h35

Année: 2005

Pays: USA

Genre: Monstre

 

 

 

Résumé: Dans un bar au fin fond du texas, la soirée se déroule paisiblement quand soudain un homme ensanglanté et armé vient perturber la tranquilité du petit rade. Il se met alors à raconter ce qu'il se trame... Des créatures mutantes sont à deux pas de là et elles ont faim... Très faim!!!!!

 

 

Critique: Ce film est tout bonnement hilarant, chaque personnage est unique et à sa place. Le métrage est rythmé et plein de rebondissement, le sang y coule abondement et l'humour (au premier et second degré) en fait partie intégrante. Feast est, pour moi un excellent amalgame entre Evil Dead, Alien et les Critters!

 

banquete-no-inferno-2005-9.jpg

 

A aucun moment le film ne se prend au sèrieux, pas besoin de s'appeller Einstein pour comprndre l'histoire mais cela ne veux pas dire que le scénario n'est pas plein de surprises... Au contraire il se fait un malin plaisir à briser les codes du genre en mille morceaux et tout ça avec l'éfficacité d'un marteau piqueur dans un magasin de vaisselles.

 

600px-Feast_12gauge2.jpg

 

 

 

Il faut savoir que le métrage est issu du projet Greenlight innicié par Matt Damon et Ben Affleck (qui en compagnie de Wes Craven et Chris Moore, produisent le film). Il s'agit d'un concours, ayant lieu chaque année, concernant exclusivement des scénaristes  amateurs, le gagnant voyant son manuscrit adapté.

 

feast.jpg

 

 

 

Mon Avis: Un bon divertissement qui frôle de pas grand chose la catégorie des films cultes. Avoir avec des potes accompagné de pizza et de bière.

 

 

 

Ma Note: 7/10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Votre Fidel Serviteur                              Kane91800

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Monstre
commenter cet article
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 22:47

Ruines_aff_01.jpg

 

Réalisateur: Carter Smith

Scénariste: Scott B. Smith

Casting: Jonathan Tucker, Jena Malone, Shawn Ashmore, Laura Ramsey, Joe Anderson

Durée: 1h30

Pays: USA, Australie

Genre: Horreur Fantastique

 

 

 

Résumé: En vacances au Mexique Amy ainsi que ses amis Stacy, Jeff et Eric font la connaissance d'un autre vacancier d'origine allemande, Eric. Celui-ci décide de se rendre sur un site archéologique maya, à fin d'y retrouvé son frère dont il n'a plus de nouvelles depuis quelques jours. il parvient à convaincre les quatres amis ainsi que Dimitry, un touriste Grec de l'accompager. Mais leur expédition n'aura rien d'une simple rendonnée. En effet confrontés à l'hostilité des habitants d'un village perdu au fond de la jungle, ils trouvent refuge au sommet d'une pyramide maya. Mais les six touristes vont bien vite comprendre qu'ils étaient peut-être plus en sécurité entre les mains des villageois...

 

Critiques: Les Ruines est l'adaptation cinématographique du roman éponyme écrit par Scott B. Smith qui l'a lui même décliné en scénario.

 

9782253123149.jpgLes ruines commence de manière classique quatre amis en vacances et une rencontre qui va bouleverser leur petit séjour et... ça s'arrête là!

the_ruins_horror_stills2.jpg 

 

En effet une fois la phase de présentation terminée la pression ne fait que s'accentuer. Tout débute lorsque nos protagonistes atteignent la dernière ville avant leur périple dans la jungle. ils se heurtent là à la barrière de la langue une fois les portes de la superbe station balnéaire de Cancun franchies. Viens alors la traversée de la jungle où ils vont devoir affronter la nature pour pouvoir retrouver leur chemin. C'est ensuite le tour des habitants du petit village semblant plus que rétissants à l'idée que ces touristes aillent profaner leur temple. Et enfin  voici venu le temps "des rires et des chants..." ou plûtot celui de la pyramide en elle même...

imagesCAKPYO08.jpg

the-ruins-pyramid

C'est une fois arrivée au sommet de la pyramide que tout se joue. Amy et ses amis (on dirait presque le nom d'un dessin animé.) commencent alors à entendre des voix et des sonneries de téléphone... Serait-ce le fruit de leur imagination ou ne sont-ils pas seuls..?

imagesCAX6HBVB.jpg

Avant d'être un film d'horreur Les Ruines est un métrage psychologique. Enfet nous pouvons assister à la longue descente aux enfers de chacun des personnages dont certains atteindront le point de non retour qu'est la folie où cauchemards, rêves et réalité s'entremêlent jusqu'à ne devenir qu'un tout. Jusqu'à quel point somme nous amis? Lorsque la faim et la soif nous tenaillent jusqu'où sommes nous prêt à aller? je ne pourrais moi même y répondre, mais comme dirait je ne sais quel écrivaint ou philosophe "c'est dans l'adversité que l'on entrevoit qui l'on est...".

r.jpg

Vient alors, à point, l'élément horrifique après mures réflexions j'ai pris la décision de ne pas en révéler la nature, tant je l'ai trouvée originale. J'ai eu l'occasion de voir des films en aborder à moitier le sujet mais jamais dans la même optique.

9b48acc2c221c18fefb0e9c0132d07af20090120202610.jpg

Notons enfin la présence d'une scène d'emputation tout simplement insoutenable qui a eu le mérite de me faire frémire.

1215858537_les_ruines_10.jpgruins_01.jpg

Pour finir, forcé de constater que Les Ruines fait figure d'OVNI dans le milieu des films ayant pour cadre des vacances entre amis tel Hostel, Touristas et consort.

 

Mon avis: Sans hésiter voici mon film référence de l'année 2008.

 

Votre fidel serviteur                Kane91800

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Horreur
commenter cet article
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 10:53

affiche-crows-zero.jpg

 

Réalisateur: Takashi Miike

Scénario:Shogo Muto

Casting:Shun Oguri, Shunsuke Daitô, Suzunoke Tanaka

Durée:2h09

Pays:Japon

Catégorie:Grosse Baston

 

 

Résumé:Genji fait sa rentrée au lycée Suzuran, aussi appellé le lycée des Corbeaux. Genji, dont le père est un dangereux chef Yakuza veut réussir là où son paternel à échouer des années plus tôt, devenir le Boss de Suzuran.

Mais pour cela il devra affronter les différentes bandes composant le lycée et surtout Serizawa un redoutable combattant qui semble, lui, le mieu placé pour devenir le Maître de Suzuran.

 

Critique: Crows Zero est inspiré des mangas Crows et Worst de Hiroshi Takahashi.

7734473Crows Zero est certainement l'une des meilleures adaptations de mangas bien loin devant le LAMENTABLE Dragonball Evolution et le pas si mal Initial D.

Takashi Miike nous livre là un film sans complexe, je suis même prêt à parler de fan film, tant le style narratif se rapproche de celui du matériau original.

le film pourrait se résumer à un mot "Baston". Mais au-delà de ça on éprouve tout de même du plaisir à suivre l'odyssée du beau et solitaire Genji seul contre tous dans un univers bourré de personnages plus colorés les uns que les autres et où reigne la violence et l'anarchie les plus totales.

Crows-20Zero_07.jpg

Il y a aussi Sérizawa, le prétendant numéro 1 au poste de Boss. Un drôle de bonhomme pas très grand au physique loin de ressembler à celui d'un top model, mais qui reste cependant un excellent combattant respecter de tous (à part peut-être de Genji). Sérizawa n est pas du genre à user de son statut, d'un naturel plutot espiègle il est à l'instar d'autres personnage l'élémént "comique" du film et ce dès la scène d'ouverture où, chevauchant une mobilette qu'il a dans un premier temps du mal à maitriser, il est poursuivi par la police fatiguée de ses méfaits.

crowszero1128.jpg

Tout ce petit monde se retrouve dans un affrontement final d'anthologie, un peu dans la ligné de 300. Un grand moment de bravoure!

 

crows0-9001-a.jpg

 crows_zero_photo_1.jpg

gif_crows-zero-photo-de-presse_.gif

Mon avis: Si on avait eu la chance d'avoir Genji et Serizawa dans Never Backdown le film aurait eu un tout autre intérêt...

 

Votre fidel serviteur                                          Kane91800

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Baston
commenter cet article
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 10:16

haute_tension.jpg

Réalisateur: Alexandre Aja

Scénario: Alexandre Aja, Grégory Levasseur

Casting: Cécile de France, Maïwenn, Philippe Nahon

Durée:1h35

Pays:France

Genre:Slasher

 

 

Résumé: Marie et Alex partent réviser leurs examens chez les parents de cette dernière vivant à la campagne. Mais la tranquillité tant rechercher va rapidement céder la place à une nuit d'horreur. Un psychopate semble avoir pris Alex pour cible. Marie va alors tout faire pour venir en aide à son amie....

 

high-tension-1.jpg

 

Critique: Haute Tension n'est pas sans rappeller le cinéma de genre des année 70-80 tel que Massacre à la Trançonneuse, Maniac..

Tout dans ce film en fait un film culte. Pourtant lors de sa sortie et encore actuellement Haute tension fut décrié.

A commencer par sont sujet, deux filles dans une maison à la campagne, un tueur psychopate etc... Et pourtant! Le réalisateur ne fait jamais dans la parodie. il réussi nous faire entrer dans la peau de ses personnages comme par exemple Marie tout en retenue et en pudeur, qui se transforme peu à peu en guerrière prête à tout pour sauver son amie.

Les scènes gores ont été pointées du doigt, "Trop de sang et de morts improbables" disait-on. Mais sèrieusement lorsque vous allez voir ce genre de film vous attendez vous à croiser au détour de chaque scène Mickey et tout ses potes de Disney? Moi non j'y vais pour voir des flots sang des membres coupés et pour me dire du tueur "Putain! c'est un dingue ce mec!". 

Autre points décrier la prétendue incohérence du film particulièrement à cause de sa fin. Cette fin qui au contraire donne la réelle teneur du film"pas question d'en dire plus sous peine se spoiler.".

 

 

1212600969_vlcsnap-100405.png

haute_tension_2002_reference.jpg 

 

Haute Tension et tout simplement un chef d'oeuvre, le genre de film qui vous met mal alaise voir vous rend malade grace à son suspens insoutenable, ses litres de sang déversé et à son Boogeyman qui ne nous épargne rien.

 

haute3.jpg

 

18363_14.jpg

 

Haute Tension rentre, véritablement, dans la veine de ces films qui ont marqué les générations.

 

haute-tension.jpg

 

 

Votre fidel serviteur                                             Kane91800

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Slasher
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 11:19

tf_org-Devil-Playground-free-2010-movie.jpg

 

Réalisateur:Mark Mc Queen

Scénario: Bart Ruspoli

Casting:Jaime Murray, Danny Dyer, Myanna Buring, Sean Pertwee

Durée:1h35

Année:2010

Pays:Grande-Bretagne

Genre:Zombie

 

Résumé:A Londres, une firme pharmaceutique du nom de N-Gen lance une étude clinique, censée prouver les incroyables effets d'un nouvel énergisant, sur plus de 30.000 volontaires.

 Un mois plus tard c'est la panique dans la capitale anglaise, 29999 des volontaires sont frappés par un étrange mal les dotant d'une force sur-humaine, d'une envie de chaire humaine incontrolable et pour pimenter le tout, une seule morsure peut comptaminer leurs victimes. Le seul espoire réside en Angela Mills l'unique personne à avoir testé le produit et à ne présenter aucun symptôme. Cole, chef de la sécurité de N-Gen, a été lui aussi mordu et décide donc de retrouver coûte que coûte Angela la seul personne étant peut-être capable de mettre un terme à tout ça...

 

457cd0735f0fd8d12649ffdc06ec5.jpg

 

 

Critique: Et revoilà un film de zombie britanique! Après les cultissimes Shawn Of The Dead et 28 Jours Plus Tard ainsi que le sous-estimé Doghouse voici Devil's Playground.

 

CraigFairbrassasColeinDevilsPlaygroundCourtesyofeOneFilms.jpg

 

Alors vous allez me dire "quoi de neuf..?". Bah Comme le laisse entrevoir le synopsis... Pas grand chose.

Le film pourrait presque être une préquelle de 28 jours plus tard. Mais l'honnêteté, primant lorsque l'on fait une critique, Mark Mc Queen est bien loin d'avoir le talent de Danny Boyle.

Cependant pour son premier long-métrage il m'a fait passer un bon moment surtout lors de la première partie du film où l'on découvre ces fameux zombies qui semblent être un croisement entre ceux de Dawn Of The Dead et les Yamakasi. C'est fort et violent,  ça va vite et haut puis ça retombe comme ça, d'un coup sans trop savoir pourquoi lors de la deuxième partie du film.

 

1playground022210.jpg

 

Cette dernière fait plutot dans la psychanalise. Le réalisateur et le scénariste, souhaitent sonder les bas fond de l'âme humaine. "jusqu'où l'homme est-il bon? jusqu'où est il altruiste? et jusqu'où peut aller son égoïsme?"

Pas mal comme idée, mais cela freine fortement le rythme du film et rend les dialogues et les personnages beaucoup trop clichés. A mon goût Mark McQueen aurait dû trancher, soit faire un film dopé aux amphétamines comme l'est la première partie où une réflexion sur l'homme entant qu'individu et l'homme entant que partie d'un tout comme la second.

Dernier petit regret le rôle tenu par Danny Dyer, trop anecdotique par rapport au talent du monsieur... 

 

trailer-devils-playground-2010.jpg

 

Malgré tout ça Devil's Playground reste un bon divertissement. pas de ceux qui vous marquent une décénnie(je sais même pas si il va marqué le mois) mais, malgré son manque d'originalité, de ceux qu'on à l'on a le plaisir de se matter avec des potes un samedi soir devant une bonne Pizza.

 

DE11F8-1.JPG

 

Votre fidel serviteur                           Kane 91800

 

 

 

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Zombie
commenter cet article
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 22:51

528967-l-affiche-de-black-swan-637x0-3.jpg

 

Réalisateur: Darren Aronofsky

Scénariste:   Darren Aronofsky, Mark Heyman

Casting: Natalie Portman, Mila Kunis, Vincent Cassel

Durée: 1h43

Année: 2010

Pays: USA

Genre: Thriller fantastique

 

 

Synopsis: Nina est une danseuse étoile qui n'as que pour seul objectif de devenir la meilleur. Ses éffort sont récompensés lorsque Thomas Leroy un grand maître de ballet la désigne comme étant l'étoile de son nouveau spectacle, Le Lac des Cygnes.

Sa naïveté, sa candeur et sa douceur en font l'interprête pafaite du Cygne Blanc, cependant ses traits de caractère la pénalisent fortement pour l'interprétation du Cygne Noir sournois et plein de vices. C'est alors qu'apparaît Lily jeune danceuse insolente et délurée qui semble parfaite, elle, pour jouer le Cygne Noir.  Cette dernière,  nommée tout d'abort comme doublure de Nina, semble peu à peu obtenir les faveurs de Thomas.

Pour atteindre la perfection, Nina enchaîne alors répétition sur répétition, son côté sombre prenant de plus le dessus...

 

black-swan-portman.jpg

 

Critique: J ai longtemps hésité à visionner black Swan, par peur de l'ennui ou tout simplement du pitch qui me laisser entre voir un film assommant.Quelle erreur monumentale j'allais commettre. Tout dans ce film est une réussite le scénario irréprochable, une réalisation virtuose, et le casting parfait.

Darren Aronofsky, signe ici son meilleur film loin devant, le pourtant génialissime, Requiem For A Dream.

Ah bah tiens parlons en j'ai retrouvé dans Black Swan ce côté psychédélique que possède R.F.A.D.

Nina a pour moi plus de similitudes qu'il n'y paraît avec Harry Goldfarb. Recherchant la perfection elle se retrouve progressivement dans un monde ou se mêlent rêve (ou cauchemard tout dépend de quel point de vu on se place) ne sachant plus discerner le vrai du faux tout comme Harry lors de sa quête du tripe parfait.

 

black-swan-clip-news.jpg

 

A ma grande surprise le réalisateur à réussi à me faire oublier mon profond dégout pour la musique classique jusqu'à faire de l'oeuvre de  Tchaïkovski un "personnage" apparentier.

 

Que dire de Natalie Portman elle est bien loin la petite fille de Léon et interprête avec virtuosité le rôle de Nina mi-femme mi-enfant victime d'une mère tyranique réalisant ses rêves brisés au travers du succé de sa chère fille.

Natalie Portman remportera d'ailleurs l'oscar de la meilleur actrice pour le rôle de Nina.

Axel-blog-natalie-portman-mila-kunis-kissing-black-swan.jpg 

Il serait injuste de ne pas parler de Mila Kunis ( la Jackie de 70'S show) plus belle que jamais (pas plus que toi mon coeur..:) ) en Lily aussi mystèrieuse que désinvolte. J'avais vraiment peur qu'elle devienne une de ces actrices prometteuse qui finissent par se perdre dans des films de second zone ou de téléfilm (comme ceux que l'on peu voir sur SyFy) surtout après le médiocre et honteux Max Payne. Mais, là, forcé de reconnaitre qu elle fait preuve d'un véritable talent.

 

imagesCA2DHIV2.jpg

 

 

Mon Avis: Black Swan est sans aucun doute la grande réussite cinématographique de ce début d'année (il fait même partie de mon Top 10 de tous les temps de ma vie du monde entier!!!!). A la fin du film je me sentais comme lors d'un retour d'Amsterdam complètement défoncé, lessivé, mais j'y retourne dès que j'ai récupéré.(attention ceci n'est pas l'apologie de la drogue ni une insitation à la consomation de gazon!). faites comme moi laissez vous entrainer dans la danse, vous ne le regretterez pas.

 

Black-Swan-13.jpg

 

 

Votre fidel serviteur                                                    Kane91800

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Fantastique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Kane91800
  • Le blog de Kane91800
  • : Tout ce qui touche de près ou de loin aussi cinéma et à la littérature fantastique et d'horreur.
  • Contact

Recherche

Catégories