Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 18:55
The Lazarus Effect

Réalisateur: David Gelb

Scénario: Luke Dawson, Jérémy Slater

Casting: Olivia Wilde, Mark Duplass, Donald Glover, Evan Peters, Sarah Bolger

Année: 2015

Durée: 1h23

Pays: USA

Genre: Horreur

Résumé: Zoé, son fiancé Franck, Niko et Clay, sont chercheurs. Un jour sous l'objectif de la caméra d'Eva, et après mainte tentatives, ils parviennent à ramener un chien à la vie grâce à un mystérieux sérum. Cependant lors de leur ultime tentative Zoé, victime d'un accident, meurt. Pour Franck et les autres pas le temps de réfléchir ils doivent faire de Zoé le premier cobaye humain. Mais Peut-on réellement échapper à la mort sans en subir les conséquence.

Critique: Hommage assumé à L'Expérience Interdite de Joël Schumacher The Lazarus Effect est loin mais alors très loin de son modèle. C'est avec l'inspiration d'un simple Réalisateur de téléfilms que David Gelb nous pond cette pélloche tout simplement insipide, peu aider, il est vrai, par un scénario à raz des pâquerettes. Absence de réels enjeux, tension inexistante, personnages aussi vides que mon compte en banque, font que le sujet n'est pas à la hauteur de mes attentes.

Pourtant The Lazarus Effect ( qui tire son nom de Lazarus, personnage de la bible ressuscité quatre jours après sa mort par Jésus himself) avait de quoi susciter la curiosité de part le sujet traité,  "Peut-on réellement avoir le pouvoir de vie ou de mort sans en subir les conséquence?", ainsi que par le parti pris d'utiliser le genre horrifique pour le traiter. Mais rien y fait, malgré le nombre de références assumées ou non de L'Expérience Interdite à Carrie en passant par Résident Evil, premier du nom (pour le huis-clos en laboratoire) la sauce ne prend pas même si on retrouve à la production un spécialiste du genre qu'est Jason Blum à qui l'on doit Paranormal Activity, la saga Insidious ainsi que le terrifiant Sinister.

Pourtant The Lazarus Effect ( qui tire son nom de Lazarus, personnage de la bible ressuscité quatre jours après sa mort par Jésus himself) avait de quoi susciter la curiosité de part le sujet traité, "Peut-on réellement avoir le pouvoir de vie ou de mort sans en subir les conséquence?", ainsi que par le parti pris d'utiliser le genre horrifique pour le traiter. Mais rien y fait, malgré le nombre de références assumées ou non de L'Expérience Interdite à Carrie en passant par Résident Evil, premier du nom (pour le huis-clos en laboratoire) la sauce ne prend pas même si on retrouve à la production un spécialiste du genre qu'est Jason Blum à qui l'on doit Paranormal Activity, la saga Insidious ainsi que le terrifiant Sinister.

The Lazarus Effect

Les acteurs eux même semblent peu inspirés par leurs rôles respectifs que ce soit Olivia Wilde dans le rôle de la jeune et talentueuse chercheuse ramené d'entre les mort ou Luke Duplass dans celui de son ambitieux fiancé ou encore le talentueux Evan Peters vu dernièrement en Quick Siver dans le réussi Xmen: Day of Futur Past.

The Lazarus Effect

Mon avis: Un (Télé)film, dont j'aurais bien pu me passer, au manque d'originalité perceptible jusqu'à son twist final prévisible et complètement foiré.

Ma note: 3/10 (parce que le chien lui il assure)

Kane9800

Partager cet article

Repost 0
Published by Kane91800 - dans Horreur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Kane91800
  • Le blog de Kane91800
  • : Tout ce qui touche de près ou de loin aussi cinéma et à la littérature fantastique et d'horreur.
  • Contact

Recherche

Catégories